22/05/2010

anonymat du blogueur, la parole est à la défense

Je suis déjà intervenue ce matin au sujet du projet de Mr Masson de casser l'anonymat ( virtuel) des blogueurs, je dis virtuel puisque pour ma part mes lecteurs peuvent m'identifier parfaitement, je suis une fille, j'ai 40 ans, je ressemble à Audrey Hepburn ou à Audrey casse-couilles selon les jours, et je mets à leur disposition la possibilité de répondre à mes propos grâce aux commentaires...

La parole à la défense :

Je me suis demandé quel était l'impact des blogs et des blogueurs dans la net économie... très-très-très peu de blogueurs vivent de leurs blogs mais beaucoup vivent des blogueurs !

Des sites-annuaires tels que Wikio pour citer le plus en vogue actuellement, vivent de la blogosphère, je ne connais pas leur modèle économique mais la publicité doit financer pour une grande part le fonctionnement de ce bel outil.
D'autre part, les marques aussi font leur pub imposée par les hébergeurs sur bons nombres de blogs , sans compter les blogueurs qui font des petits billets sponsorisés ( contre une jupette ou une boite de chocolat cela ne va pas chercher bien loin...)
Le blogueur sera-t-il le seul dindon de la farce à supporter la casse de l'anonymat ? Ou va-t-il y avoir un impact sur ses pros du web si la blogosphère se vide de son sang ?
On ne peut qu'espérer que ces "pros" vont faire entendre leurs voix pour protéger l'anonymat des blogueurs, à moins qu'un Robin des Blogs vienne combattre le projet du prince Jean !

2 commentaires:

BDD a dit…

J'avoue que je reste stupéfait par cette idée qu'est de vouloir supprimer l'anonymat des blogueurs.
On a pas d'autres priorités dans ce pays?
Pour ma part, je suis blogueur "anonyme", je mets ça entre parenthèses car qui veut s'en donner la peine pourra arriver a identifier un "anonyme" sur la toile.
Bref, je pense que beaucoup de petits blogueurs comme moi ont peur de ce type de projet, je ne tiens vraiment pas a ce que mon employeur, mes voisins, des connaissances x ou y connaissent mes opinions ou les débats que je peux avoir au travers de mon blog.
C'est même limite dangereux, les dérives peuvent être importantes quand on sait que certains DRH regardent les pages facebook des candidats par exemple.
Il en sera de même avec les blogs, le droit a l'oubli étant quasi impossible sur le web (vive google!), je me sens mal si ce projet prend forme.

isabelle B. a dit…

je suis comprends ton inquiétude, par rapport aux employeurs par exemple. Ce projet est un prétexte qui gène tous les blogueurs du dimanche que nous sommes ! Nous avons vous la plupart l'unique envie de partager des idées, de débattre sur des sujets qui nous interpellent, et parfois dans la vie professionnelle ce n'est pas toujours facile ou sans conséquences...