15/04/2014

message de service

Dans cette chanson, un très bon résumé des idées que vous trouverez sur ce blog politiquement correct, à ceux que cela déplait, inutile de me laisser vos commentaires rageurs que je ne publierai pas, parce que comme le dit Benabar " je vous emmerde ! "


11/04/2014

le changement, c'est nous !

Caroline de Haas, une des fondatrices du mouvement "osez le féminisme" a rendu sa carte du PS accompagné d'un courrier qui illustre tout a fait la position et les constats que je tiens sur ce blog depuis un moment.

Le reproche le plus lourd et celui qui me navre le plus, De Haas le résume ainsi : " Je ne reproche pas au Parti socialiste de ne pas avoir renversé la table. Je lui reproche de n’avoir même pas essayé de la faire bouger."
Là réside la faute de Hollande envers son électorat, ce n'est pas d'avoir échoué jusque là à changer notre société ou à améliorer en profondeur le sort de ceux qui en ont le plus besoin,
la faute est de ne pas avoir changé de méthode ou de politique économique par rapport au précédent président.
Symptomatique du mal dont souffre le socialisme, la droite se contente de critiquer la "gauche " au pouvoir sur la forme et jamais sur le fond, et comme le pourrait-elle alors que la politique menée n'est rien d'autre que la continuité de leurs propres visions libérales. La droite ne peut tout de même pas aller jusqu'à féliciter notre président, mais on en est plus bien loin, tant il met de bonne volonté à démonter pierre par pierre les acquis sociaux des salariés...

« C’est difficile, mais nous n’avons pas le choix ». Mais s’il n’y a pas d’alternative, à quoi cela sert de faire de la politique ? " voilà une bonne question que pose cette ex-socialiste !
Si pratiquer le socialisme revient à ne rien changer, à n'apporter aucun espoir au peuple, à prendre des positions consensuelles pour rester dans la ligne du gouvernement : autant rester chez soi et se lancer dans le macramé ou la peinture sur soie.

Le changement demande du courage, demande aussi d'y croire assez fort, mais Hollande y-a-t-il cru une seule seconde ?
 je ne le pense pas, d'ailleurs dés les primaires j'avais émis des doutes quant à son désir de gauche, mais beaucoup m'avait soutenu que son côté rassembleur même vers le centre était un cadeau du ciel pour remporter l'élection contre Sarko. On le paie bien cher le cadeau, n'est-ce pas ?

Là où le bât blesse c'est que de renoncements en échec électoral, nous les sympathisants ou simples militants, nous nous essoufflons. Comment défendre l'indéfendable, comment donner du sens à ce que nous même nous ne comprenons pas ?

Caroline De haas le dit " Nous avons fait reculer la gauche dans les têtes et dans les faits "  
et c'est ce qui fait le plus mal, tout ce chemin parcouru pour... rien si ce n'est des électeurs déboussolés et des mairies qui basculent à droite et à l'extrême-droite.

Réussir à ne rien vouloir changer en ayant toutes les clés du pays, le sénat, l'assemblée, les régions...avouons qu'une telle mauvaise foi est ahurissante, et désespérante...d'où les départs de militants tels que Caroline.

Choisir de changer de premier ministre au lendemain de la déconfiture du premier tour ( alors que ce changement aurait dû se faire bien des mois auparavant ce qui montre le manque d'écoute et d'anticipation de la personne qui nous dirige)
et cerise sur le gâteau choisir le mec le plus à droite du PS alors que le peuple de gauche se plaint d'une politique pas assez à gauche justement, un psychiatre donnerait le choix entre deux diagnostics :
  • soit un autisme profond ( sauf que François ne se balance pas d'avant en arrière en se cognant la tête contre les murs de l'Elysée, enfin à ma connaissance )
  • soit il se fout royalement de notre gueule à tous ( ce qui je le crains semble être la solution à retenir )
Là où je ne rejoints pas De Haas c'est sur sa décision de quitter le parti socialiste.
La solution ne serait-elle pas plutôt d'y rester, voire d'y entrer ( pour ceux qui n'y sont pas encore mais qui sont sympathisants depuis longtemps ) et de lutter de l'intérieur pour rendre au parti ses vraies valeurs et son cap ?
Les militants et les sympathisants ont besoin de ces voix qui s'élèvent pour réclamer un nouveau cap, celui que Hollande nous a promis la main sur le cœur au Bourget !
Le changement sommeille dans chacune de ces voix, il ne tient qu'à nous tous de faire de ce qui n'est encore qu'un murmure un véritable cri qui résonnera aux oreilles de notre président, de son communiquant de premier ministre ainsi que de tous les mollassons qui refusent de bouger un petit doigt de peur de déplaire au " parti "...
J'espère toujours...
le changement n'est pas en Hollande,  nous devons en faire le deuil, le changement est en chacun de ceux qui auront la volonté de le porter.
Voilà un beau slogan non ? " le changement, c'est nous ! "

03/04/2014

Valls, roi des sondages, ça c'était avant

Il y a seulement quelques jours,  notre président dans le but de satisfaire les con...citoyens qui se sont abstenus ou qui ont voté contre la gauche aux municipales pour sanctionner sa politique, a choisi le ministre préféré des français, leur chouchou selon les sondages : Emmanuel Valls.  Le gars le moins à gauche pour faire plaisir à la gauche ? logique sauce hollandaise, personne y comprends que dalle.bref.

Ils étaient une palanquée de français sondés à frémir d'envie de voir le ministre de l'intérieur, prendre une place plus importante. François, pas chameau, leur a fait plaisir, il a viré son pote Ayrault, un peu usé par sa fonction de 1er ministre, et a propulsé notre quinqua en haut de l'affiche.
Le peuple de "gauche" mécontent qui a voté à droite, voire à l'extrême droite, est-il heureux maintenant de ce changement ?

Le con ! non ! le peuple râle encore !
" Selon le baromètre CSA pour « Les Echos » et Radio Classique, 41% seulement des Français font « confiance » à Manuel Valls pour « résoudre les problèmes »

Dans le même temps, on lit : " Quelques jours après le vote sanction des élections municipales, la cote de confiance du chef de l’Etat reste stable à 25%. Les avis défavorables à son égard augmentent même de 1 point, à 72%."

Si on suit la logique sondagière, Valls était adoré des français tant qu'il était un simple ministre et sa prise de galons l'a fait dégringolé, alors peut-être qu'à l'inverse, hollande en acceptant un ministère pourrait regagner des points, mais qui prendrait sa place ? Ségolène ? Elle part avec une côte à zéro dans les sondages, tout le monde avait oublié jusqu'à son existence... elle ne pourrait qu'augmenter...
On a beau dire faire de la politique en surveillant les sondages demande des compétences que je n'ai pas, et je suis pas la seule, semble-t-il.

En attendant pauvre Valls, peuchère, le pitchoun a pas encore commencé à bosser qu'on lui vole déjà dans les plumes...enfin attendons les prochaines branlées échéances électorales, si la politique du gouvernement ne vire pas à gauche, il n'aura pas longtemps à attendre avant de prendre son envol, comme Ayrault.

01/04/2014

pas intellectuel, hollande est manuel

Il paraitrait que François Hollande a eu un problème de calendrier, une erreur. Il a fait une énorme blague à toute la France un jour à l'avance, le 31 mars au lieu du 1er avril. C'est con.. Du coup, son sens de l'humour que nous avons tant apprécié pendant sa campagne a fait un gros bide parmi ses soutiens d'Hier...
Alors que s'il avait annoncé sa blague aujourd'hui, là oui, nous nous serions tous esclaffé, nous tapant la cuisse en disant " ah ce François quel rigolo !"

bon, là cela se dit aussi, chez de nombreux blogueurs, et ex-soutiens.

Après une élection LOCALE sanctionnant sa politique trop à droite qui a couté de nombreuses mairies à la gauche, la réponse surprenante de François est de propulser un freluquet monté sur ses ergots à la place de premier ministre, oui les amis, je vous parle du gars qui s'est lamentablement vautré à la primaire des socialistes, un dont la chasse aux roms est semble-t-il le sport favori...

ah lala, l'humour n'est pas à la portée de tous, et je l'avoue je ne comprends décidément plus rien à celui de notre François.
François souffrant d'une bouffée délirante s'est mis en tête de rassembler une nouvelle majorité pour l'élection de 2017, à droite. Ben dis donc, sarko et toute sa clique doivent trembler dans leurs petites bottes, un nouveau concurrent. je me marre, un peu jaune je dois dire...

Quand la gauche après avoir perdu 72 de ses mairies, aura fait le deuil de ses autres points d'encrage, et que le territoire sera bleu, voire bleu marine, il est possible que cette tactique droitière fonctionne, ne serait-ce que pour le remercier pour services rendus, à son nouveau camp...

Il est alarmant de constater que François a entendu le message des électeurs, mais soit a décidé de s'en battre les couilles, soit n'y a rien compris, chacun choisira la solution la plus confortable intellectuellement pour avaler la pilule.

Cette blague dont je ne goute pas l'humour sera au moins l'occasion d'annoncer une naissance, celle du blog Vallscination, celui d'un ex-blogueur de "gouvernement" qui nous prouve à tous qu'être à gauche c'est rester fidèle à ses valeurs qu'elle que soit la situation...(la bise à Bembelly, un sincère blogueur.)

Soutenir oui, mais pas à n'importe quel prix, à bon entendeur, monsieur Hollande !

29/03/2014

et si l'autre n'en valait pas la peine ?

Dans la vie l'important n'est pas de respirer mais d'avoir le souffle coupé, une citation qui m'a interpellée puis inspirée.

Le résultat du premier tour de ces élections de 2014 reflètent un sentiment de peur : peur de l'avenir, peur de changer, peur d'aller vers l'autre.
Toutes ces peurs ont été habilement utilisées, attisées par des politiciens qui ne reculent devant aucun mensonge pour obtenir l'adhésion de leurs potentiels électeurs.
Les électeurs du second tour vont devoir faire face à ces peurs irrationnelles, et tenter d'avoir une vision sur le long terme. Quel sera l'impact de votre vote sur votre commune ou de votre intercommunalité ?
pour ceux qui vont laisser des escrocs notoires (parfois même opposés à l'idée même de la mutalisation ), prendre la tête des interco de France et de Navarre, savez-vous que c'est l'avenir de votre territoire que vous vous apprêtez à saboter ? Les intercommunalités ont des compétences économiques dans bien des endroits, donc un impact sur votre bassin d'emploi, cela devrait peser dans votre décision si vous preniez le temps de réfléchir avec votre tête au lieu de vous laisser manipuler par des techniques populistes.
Les choix des électeurs dans certaines communes, le score de l’extrême droite même en Bretagne ( misère...), tout ceci me laisse sans voix.

J'ai écrit un article sur l'autre, celui qui nous motive à nous engager, et si l'autre n'en valait pas la peine ? Triste sensation...
Avoir le souffle coupé, disais-je, je l'ai. Je suis muette, si ce n'est à l'écrit, et encore...j'aurai tellement à dire que je ne parviens pas à remettre mes mots dans l'ordre afin de donner un sens à ce qui n'en a pas. Comment trouver un second souffle, comment agir quand on a plus la main... j'y réfléchis depuis plusieurs jours. Renoncer, tourner la page, accepter la réalité, ou bien s'obstiner encore un petit moment, y croire malgré tout, tendre une main à l'autre ou se prendre une claque, encore.
je n'ai pas la réponse,  alors lecteur je te donne mes mots, que ta voix les emporte à ton propre tempo... et vote bien dimanche ;-)



27/03/2014

têtu comme une blogueuse politique

Au regard de l'abstention, du vote extrême de certains, du vote revanchards de certains autres, il arrive que l'on me dise " pourquoi tu t'emm... la vie avec tout ça "

Pourquoi écrire sur la politique, pourquoi s'y engager, au lieu de faire mille choses plus barbantes que l'on peut faire habituellement comme tondre sa pelouse, tricoter un pull au petit dernier ou faire les magasins pour trouver le dernier carré hermès ( yeurk ;-)

Qu'est-ce qui ne tourne pas rond chez nous, les blogueurs politiques, les militants ? 

On nous a pourtant prévenu, l'histoire comme la mode est un éternel recommencement ( surtout pour les nanas friandes de carré hermès et de serre-tête bleu marine... bref, je m'égare)

L'humain par nature a montré sa capacité au travers de l'histoire à s'adapter, à s'aventurer, à créer, à rêver, ces compétences lui ont permis de survivre au travers des millénaires jusqu'à...aujourd'hui. Désormais nous nous terrons dans nos certitudes, nous refusons d'explorer les possibles, et de changer.

Sa mémoire est courte, sa vision de l'existence si réduite qu'elle ne porte pas plus loin que le bout de sa rue... Dommage, qui sait ? Quelques rues plus loin, il pourrait trouver un nouveau sens à sa vie, une vision bien différente d'appréhender le monde, un bonheur tout neuf qui porte un nom : l'autre.
L'autre est bizarre, on le rencontre parfois, juste d'assez près pour que cela nous surprenne, nous perturbe dans la vision que l'on a de soi, on voudrait le prendre par la main et lui demander " explique-moi " mais la peur est plus forte, et s'il ne nous lâchait plus la main, s'il nous entrainait loin de notre zone de confort, que se passerait-il si jamais l'autre n'était pas si bizarre, si différent de nous ? Et si on se retrouvait à aimer cet autre ?

Voilà pourquoi l'on écrit sur la politique et pourquoi l'on s'engage, pour aller à la rencontre de cet autre qui vit quelques rues plus loin, parce que l'on s'obstine à croire que la vie ne s'arrête pas à notre zone de confort... Cette obstination, nous la payons en déceptions, en frustrations, mais jamais en regrets.



25/03/2014

voter ou réfléchir il ne faut pas choisir !







Pour les candidats des petites communes qui ont perdu au premier tour, vient le temps de l'analyse afin de pouvoir se concentrer sur la suite...

Sarkofrance a listé plusieurs points dans son article expliquant les résultats du premier tour, s'attardant sur une crainte que j'avais soulevé au début de cette campagne, je cite Juan : " François Hollande a été sanctionné car il ne conduit pas une politique de gauche. Pour preuve, personne n'ose aujourd'hui expliquer le recul des équipes municipales socialistes ou affiliées par (1) un échec de l'action locale, (2) une désaffection de l'électorat centriste. Non, la défaite est celle du gouvernement. Elle ne signifie pas un basculement à gauche pour autant. On le verra plus tard, ci-dessous. Il paraît qu'à l’Élysée, Hollande a été "surpris". C'est confirmé, ce Palais est une bulle, une tour d'ivoire ou de plomb."

Sanctionner une équipe locale qui propose des solutions à des préoccupations locales telles que l'état de la voirie ou le maintien du commerce de proximité, pour " punir" le gouvernement, semblait absurde, inenvisageable il y a quelques semaines et pourtant le constat est là : La droite et l’extrême droite a instrumentalisé ces élections en positionnant le débat au niveau national rendant difficile le recentrage du débat sur des questions locales pour les équipes de gauche.

Eut-il fallu que certaines listes dans des petites villes ou villages renient leurs valeurs de gauche pour gagner une élection locale ? 
Certains ont allés jusqu'à tromper leurs électeurs en leur fourguant une équipe estampillée "apolitique" en camouflant leurs accointances avec la droite et même l'extrême droite, l'électeur ne sait-il donc pas demandé pour qui  voteront leurs représentants municipaux apolitiques aux prochaines sénatoriales ? un candidat apolitique peut-être ? mouarf ! quelle naïveté !

Je propose pour ma part aux électeurs de gauche insatisfaits et revenchards vis à vis de la politique du gouvernement d'aller prendre leur carte au PS afin de bousculer tout ce petit monde, plutôt que de se se tirer une balle dans le pied en votant pour des listes qui jamais ne défendront leurs intérêts au niveau local.

Pour toutes les communes qui auront un second tour, il est encore temps d'éviter certaines catastrophes comme l'élection de maires frontistes, en mobilisant les citoyens qui se sont abstenus lors du premier tour. Je suggère vivement à ceux qui n'ont rien à cirer de cette éventualité chez eux, de se pencher sur les bilans désastreux de certaines communes frontistes

 ( message de service ) Avant d'aller voter dimanche prochain, n'oubliez pas de vous équiper de cette petite chose dont je vous ai fourni l'illustration en haut du billet et qui peut somme toute rendre bien des services, s'il vous encombre ou vous fait souffrir, en rentrant chez vous, et vous pourrez le déconnecter et le rangercomme d'habitude dans le meuble sous votre écran plat.