26/07/2014

morts pour la France le 27 juillet 1944 à Coatmallouen

J'ai assisté aujourd'hui aux commémorations organisées à la stèle de l'Etang Neuf pour commémorer le 70e anniversaire des combats du maquis de Coatmallouen.
Environ 700 personnes étaient présentes pour rendre hommage aux 300 jeunes issus de Guingamp et de sa région qui ont résisté aux forces ennemies le 27 juillet 1944 et qui aux côtés des américains ont libéré Guingamp, puis Lézardrieux et Paimpol...
Des élus étaient présents pour commémorer cette date du 27 juillet 1944,  et à travers eux, la république et l'ensemble des citoyens français :


de gauche à droite : Didier Robert Conseiller général, Yannick Botrel sénateur, Annie Le Houerou députée ( deux élus restent à identifier en commentaire merci d'avance pour eux )

Bien que la guerre soit à mon sens un évènement qu'il faut tenter d'éviter par tous les moyens possibles, nous devons cependant nous souvenir qu'il est parfois des combats qu'il faut mener : quand la liberté est en jeu, quand la notion même d'humanité est remise en cause, il est nécessaire d'aller au combat.
Des hommes et des femmes, souvent très jeunes, n'ont pas hésité à tout tenter, à tout sacrifier même leurs vies pour une cause qu'ils estimaient légitime et juste. 



Aujourd'hui, sous une chaleur écrasante, habillé de leurs uniformes sombres, nos héros ont porté leurs drapeaux bien haut en hommage à leurs camarades qui sont restés jeunes dans leurs mémoires.
Je tenais donc à rendre hommage à ma façon à toutes ces jeunes vies qui se sont arrêtées il y a 70 ans ainsi qu'à leurs compagnons qui ont combattus à leurs côtés, afin que nous puissions connaitre le bonheur de vivre libres et en démocratie dans notre pays.

Information pratique : La stèle qui portent les noms des jeunes morts pour la France se trouve près de St Connan où se trouve un musée de la résistance, visite que je recommande si vous vous trouvez dans la région !

Nous avons eu le plaisir d'entendre le chant des partisans lors de cette cérémonie, je vous la oste ici pour vous mettre dans l'ambiance...
 

24/07/2014

un valls à deux temps...

Valls aurait son avis sur les élus qui participent à des manifestations autorisées nous rapporte le parisien : "
le Premier ministre s'est laissé aller mercredi à quelques confidences, rapportées par «Le Figaro». A quelques heures d'une manifestation parisienne très surveillée, il se disait «très préoccupé» : «Je ne doute pas que cet après-midi, les slogans seront contre Israël et le gouvernement français. C'est la liberté des élus, c'est leur responsabilité. Mais je crois que c'est une erreur».



Pourtant en avril 2008, il est un ancien député d’Essonne, maire d’Évry, un élu donc, qui donnait son avis en faveur des palestiniens, qui s'indignait du sort des habitants de Gaza, et était présent à une réunion publique ( 2.36 minutes de la vidéo...)

une erreur, un avis sincère, ou bien une communication qui cadrait mieux avec la position d'élu de gauche dans un pays gouverné à l'époque par la droite, je ne saurai dire, les politiques changent d'avis quand cela les arrangent...

La situation des gazaouis décrite par Valls dans cette vidéo n'a pas changé depuis 2008, elle s'est même aggravée si on en juge les images des télévisions internationales et le nombre des victimes civiles annoncées, dont des enfants, causés par l'offensive israélienne, et pourtant notre premier ministre ne semble plus être indigné.

Internet a de la mémoire, un détail que semble avoir oublié notre premier ministre, comme sa position de l'époque...

Soulignons que des israéliens manifestent dans leur propre pays contre cette guerre qui tue des innocents des deux camps, seraient-ils anti-sémites monsieur Valls ?

Crédit photo :  Le parisien




21/07/2014

C'est qu'au fond, il n'y a qu'une seule race : l’humanité.

Écrire sur un conflit armé, même si son pays n'y est pas impliqué, ne devrait pas être difficile.
En tant qu'être humain, il devrait être naturel d'avoir un sentiment sur un tel sujet et d'avoir le droit de l'exprimer sans être suspecté d'un parti pris, d'antisémitisme ou de racisme contre les musulmans.
En tant qu'athée, je me fous de l'aspect religieux que pourrait éventuellement avoir le conflit à Gaza. Je ne vois qu'une guerre injuste qui frappe à l'aveugle des familles, et des enfants jouant au ballon sur des plages...
En justifiant les morts de civils gazaouis innocents ( qui osera nier l'innocence de gamins ?!) par la nécessaire éradication des terroristes présents sur le territoire de gaza, Israël en tant que nation souveraine fait le choix de l'injustice.
Pour autant les juifs, d'Israël comme du monde entier, ne sont pas responsables des actes commis par le gouvernement d'Israël, comme tous les gazaouis ne sont pas responsables des actes terroristes du Hamas, comme je ne suis pas non plus responsable que mon gouvernement ne bouge pas le petit doigt pour venir en aide à ces gens bombardés jusque dans leurs foyers.

En trucidant des innocents à tour de bras, Israël va nourrir la haine contre elle, et bien au delà elle réactive l'antisémitisme, lui qui n'est jamais mort, même en Europe.
là où Isarël devrait desserrer son étau intraitable pour que les populations civiles de Gaza reprennent espoir en l'avenir, tendre une main, faire un geste pour la paix, elle a choisi d'écouter sa peur, de rentrer dans le jeu des terroristes en faisant régner elle aussi la terreur.

Je plains les soldats israéliens qui doutent du bien-fondé de leur action, et qui devront vivre avec le visage de leurs victimes enfantines dans leurs cauchemars, qui sont poussés armes à la main vers les foyers des enfants qui ont eu le malheur de naitre du mauvais côté de la frontière.
Je plains les juifs de France qui subissent l'antisémitisme à cause d'une guerre qui n'est pas la leur.
Je plains les pro-palestiniens et les pro-israéliens convaincus que leurs idées justifient la mort d'innocents d'un camp ou d'un autre.
Je plains notre propre nation où le risque de débordements d'une poignée d'antisémites justifie selon Valls, l'interdiction de manifester dans les rues de Paris son indignation face à cette guerre.
Notre nation qui laisse des intégristes catholiques prier à quatre pattes dans les rues de Paris contre le mariage pour tous, qui laisse l’extrême droite défiler bras tendu, mais pas des citoyens contre une guerre qui tue des civils, peut-elle encore se regarder en face ?
Un peuple qui ne peut plus s'indigner face à la barbarie, qui n'a plus le droit de soutenir d'autres êtres humains qui souffrent ailleurs dans le monde, fait-il encore partie de la race humaine ?

Chaque jour qui passe sans réaction des nations du monde entier, chaque mort qui s'ajoute dans chaque camp, c'est un peu de l'humanité de la communauté internationale qui disparait. Je constate avec effroi que l'ONU qui devait nous prémunir de la barbarie des hommes ne sert à rien.

Tandis que nous nous indignons du sort actuel des enfants de Gaza, n'oublions pas non plus celui des enfants syriens qui souffrent dans l'indifférence générale, à quand une manifestation qui soutiendra sans distinction de race ou de religion tous ces gamins victimes de la folie des hommes ?


Nous allons fêter bientôt la mort de Jaurès, une citation que devrait méditer notre gouvernement actuel qui se réclame de sa pensée :

« C'est qu'au fond, il n'y a qu'une seule race : l’humanité.  »



12/07/2014

le changement en images...

Parfois un blogueur tente d'argumenter, cherche à comprendre, à coup  de mots alors qu'il suffit de quelques photos pour résumer une situation, on ne peut plus claire, Hollande a changé et pas seulement de lunettes :

Par exemple, illustrons Hollande avant d'être président, ennemi de la finance, au  Bourget en 2012, juste avant le changement... 





Illustrons Hollande pour ces dernières bonnes idées en l'espace de seulement quelques semaines,
désormais pour lui président,

Le changement ressemble à  :


Le changement ressemble à :

Toubon défenseur des droits


Le changement ressemble à :

Ce soutien au libéral Junker à l'Europe, ici auprès de son ami Barroso...

Le changement ressemble à...

pour couronner le tout, le même barroso décoré de la légion d'honneur par notre président, normal...

Tristes images, pour les socialistes élus ou militants qui eux, n'ont pas changé depuis le Bourget de 2012...





10/07/2014

et si Arnaud Montebourg s'habillait en Dolmen ?


Dolmen, une entreprise de confection textile près de Guingamp, en Côtes d'Armor au bord de la liquidation judiciaire avec  44 emplois en jeu : voilà une mission de sauvetage qui devrait interpeller Arnaud Montebourg à plusieurs titres :
D'une part, Dolmen est une entreprise locale, du pur made in France, qui détient un savoir faire spécifique.
D'autre part, Dolmen est une entreprise bretonne, Montebourg pourrait saisir cette occasion pour venir soutenir le directeur et ses salariés, sur un territoire ancré à gauche ( bien que celle-ci soit en recul au vu des dernières élections municipales et européennes...)
Et enfin la zone de Guingamp, commune rurale a besoin d'un sérieux coup de main compte tenu des baisses de dotations étatiques annoncées dernièrement, et donc des baisses d'investissements qui s'en suivront fatalement ( à moins d'une mutualisation énergique telle que la mise en place d'une commune nouvelle, hypothèse qui ne semble pas du goût, à ce jour, de la "majorité" de Guingamp communauté...)

Une entreprise qui ferme, ce sont des chômeurs supplémentaires et des familles souvent contraintes de quitter le territoire. Ces 44 emplois sont donc essentiels pour le reste de la population locale.

Les membres de Dolmen ont décidé d'une action portes ouvertes de leur atelier, à Pabu, le vendredi 11 juillet, pour tous ceux qui veulent s'associer à eux pour dire « non » à la liquidation qui risque d'être annoncée le 16 juillet prochain.


On se souvient de Montebourg en marinière et de l'impact de cette communication sur l'entreprise armor lux, et si Arnaud décidait demain de revêtir les tenues professionnelles fabriquées par l'entreprise Dolmen, cela pourrait-il aider à remplir les carnets de commande ?

08/07/2014

la bonne finance : une Sapinade ?

" Notre amie c'est la finance " dixit michel Sapin : quand tu es un électeur qui a applaudi le discours du Bourget de 2012,  où François Hollande avait dit que la finance était son "adversaire". Cette petite "Sapinade" c'est une peu comme si on te piquait le derrière, tu sautes au plafond et te prend l'envie d'enguirlander le Sapin, voire de lui arracher les boules... euh, je crois que je m'énerve.

Tentons de recadrer cette phrase dans son contexte.

Citons  "Nous avons à répondre à une très belle question: y a-t-il une finance heureuse, au service d'investissements heureux ?' Je l'exprimerai autrement et vous verrez ma part de provocation. Notre amie c'est la finance: la bonne finance"
Oui précisons pour les fans des inconnus que la finance c'est un peu comme le chasseur, y'a la bonne et la mauvaise finance... La bonne étant je suppose, celle qui investit dans l'économie réelle pour créer ou conserver de l'emploi, la mauvaise n'ayant comme seul objectif que de faire la culbute sur les marchés financiers.

Je re-cite "Nous avons besoin encore de régulation financière. Pour tout ce qui est bancaire on a bien avancé, pour tout ce qui est extra-bancaire il y a encore du chemin à faire"

Mr Sapin, depuis 2012 votre gouvernement arpente le chemin bien doucement sur ce sujet, tandis que sur d'autres tels que la disparition des départements qu'il avance en toute hâte... ne pourriez-vous pas accélérer le mouvement car si les français ne voient pas le bout du chemin d'ici 2017 de votre combat contre la MAUVAISE finance ( celle qui ne joue pas selon les règles de l'économie réelle mais sur les marchés boursiers...), votre chemin risque de s'arrêter à cette date...
Je vous conseille en terme de communication politique de laisser tomber la provocation " humoristique" et de passer directement à plus de pédagogie, et de clarté pendant qu'on y est, car Martine vous dirait la désormais célèbre " quand c'est flou, il y a un loup " et j'ajouterai pour ma part " que l'humour, c'est mieux quand c'est bien fait..." arrêtez donc vos sapinades, de grâce...







30/06/2014

mourir en rêvant à la vie



Je viens de lire un billet excellent de notre amie @eloooody à propos de l'euthanasie où elle souhaite que soit relancé le débat, comme promis.
Je ne peux qu'être d'accord avec elle, malgré les hordes de bien pensants pro-life qui déambuleront comme des zombies dans les rues, il faut avoir le courage de relancer ce débat et d'apporter une solutions à ceux qui souhaitent mourir dans la dignité.

Nous sommes 89% de français à être en faveur de l'euthanasie, allons-nous laisser une poignée d'illuminés qui se battent contre chaque progrès social et humain, continuer d'empêcher les autres de décider de leur propre fin ?!
Cette situation où des groupes empêchent les autres de vivre, d'aimer qui bon leur semble, de se marier, d'avoir des enfants, et même de mourir dans la dignité commence à me courir sur le haricot !

Chaque être humain devrait avoir le droit de choisir comment vivre cette existence, et quand celle-ci ne se résume plus qu'à
  • des douleurs insoutenables que même la morphine ne soulage plus, 
  • quand elle signifie qu'on ne peut même plus s'alimenter, 
  • qu'on ne peut plus respirer seul, 
  • que chaque acte quotidien devient une torture physique ou morale
  • que le passage d'un gant savonneux sur la peau fait souffrir, 
  • que le contact d'un autre corps devient douloureux, 
  • que réfléchir à son avenir fait plonger dans les affres du désespoir, 
chaque être humain devrait avoir le droit, si l'espoir d'une guérison est réduit à néant de dire, stop.

Ceux qui n'ont jamais vu un être cher, souffrir au point de supplier son médecin de mettre fin à sa vie, ne peuvent peut-être pas comprendre, et je ne les juge pas. je sais pour ma part que je ne veux pas avoir à supplier, je veux avoir ce droit, cette option, cette issue de secours.

Etrangement, les pro-life, les boutin et consorts, qui croient à la survie de l'âme, au paradis, semblent effrayés par la mort.
La mort fait partie de la vie, c'est un évènement que chacun d'entre nous va affronter, un jour ou l'autre, seul, et ce même si quelqu'un nous tient la main au moment où...
Nous partageons nos vies avec les êtres que nous aimons, nous tissons des liens avec nos amis, nos familles, nous ne partageons pas notre mort. Celle-ci étant le seul acte de nos vies que nous expérimentons en toute solitude, ne devrions nous pas avoir le droit de la choisir dans des circonstances particulières ?

Je me souviens d'une phrase de ma mère, en phase terminale sans aucun espoir de rémission " je n'ai pas envie de mourir parce que vous allez me manquer mais je ne veux plus de cette vie ainsi " Elle aimait trop la vie pour ne pas en connaitre la saveur, les opportunités, comment aurait-elle pu se contenter de cette non-existence ?
Les êtres autour qui ne souffrent pas dans leur chair, ni dans leur dignité, sont parfois sous le choc d'entendre de tels propos parce que ce type de phrase est un appel au secours " aide-moi à arrêter ça ! " Refuser cette aide est une torture, c'est comme participer à l'horreur qui se produit sous vos yeux, c'est un souvenir de notre lacheté qui ne s'efface jamais. Ce n'est pas un souvenir que je souhaiterai laisser aux gens que j'aime.
Alors, oui je suis pour l'euthanasie, pouvoir en discuter avec des professionnels de la médecine, fixer les limites de ce que je suis prête à imposer à mon corps et à mon esprit.
Je suis pour une mort douce, partir en rêvant dans son sommeil, en rêvant à quoi ? à la vie pardi !