26/04/2011

l'ethique du blogueur

On parle souvent de la différence entres blogueurs et journalistes, soulignant que nous les blogueurs n'arrivons pas à la cheville des journalistes en matière par exemple d'investigation, ce qui peut prêter à discussion.
Ce matin, en lisant le Parisien ( par exemple ) vous pouvez remarquer que la vie virtuelle de l'épouse de Xavier de Ligonnès est étalée à la Une, et de m'en offusque !

Comme beaucoup de blogueurs, ou de simples internautes je suis attachée à la notion d'anonymat. Cette femme a confié son mal être sur le net, sur un forum, à d'autres femmes, parce qu'elle se sentait seule, avait besoin d'aide et de conseils, mais de façon anonyme, sous un pseudo ( révélé sur BFM ). Comment les journalistes ont-ils eu  accès à sa réelle identité qu'elle cachait aux yeux de tous, son mari y compris,et de quel droit ont-ils révélé son identité virtuelle, qui traine encore sur les forums ? Si le forum est publique, l'identité des participants est anonyme, dans ce cas, pourquoi pas pendant qu'on y est révéler l'identité des internautes qui ont rétorqué à la victime, en 2004? " te fais pas de soucis, ça va s'arranger, sois patiente..."

Autant je comprends que ces informations soient utiles au travail d'enquête des policiers ( afin d'affiner le portrait psychologique du suspect ), autant je ne suis pas certaine de l'éthique qui se cache derrière la publication de ces confidences faites en 2004 par une femme qui comme des milliers de femmes a traversé une crise dans son couple...

En enquêtant sur le net, une blogueuse peut découvrir d'autres éléments éparses de cette vie virtuelle, comme un message où elle alerte des internautes sur l'existence d'un escroc " virtuel " en 2007 qui lui a extorqué 95 euros via ebay . On peut trouver la trace du site "la route des commerciaux " ancienne activité de son époux en cavale, grâce à un fabuleux outil " la wayback machine " permettant de fouiller les archives du net...oui, une blogueuse peut aussi faire de l'investigation...une blogueuse pourrait tout aussi bien aller blablater avec ses anciens voisins histoire de grappiller quelques infos, car les journalistes n'ont pas le monopole de la curiosité ou de la jugeote, mais la différence c'est qu'en tant que blogueuse, je n'aurai pas jeté en pâture le pseudo secret d'Agnès de Ligonnès, acquis je suppose par le journaliste à la faveur de contacts bien placés puisque rien ne permettait de faire le lien entre ce pseudo utilisé en 2004 et la victime de Nantes...
Quant au fameux travail d'analyse journalistique, dans ce cas précis, il est à mon sens inexistant : les messages de la victime datent de 2004, 7ans avant la tragédie,  qui peut dire dans quel état d'esprit était ce couple en 2011 ? Cette affaire semble receler des mystères au niveau financier bien plus utiles à l'enquête que les confidences d'une épouse solitaire...

La différence entre journalistes et blogueurs ne serait-elle pas dans le fait que le blogueur ne court pas après le scoop à tous prix, et qu'il peut même garder une information "tapageuse" ( mais inutile à l'avancement de l'enquête policière ). Il m'est arrivé de découvrir des éléments dans deux affaires que j'ai transmis aux avocats ou familles des victimes mais je ne me suis jamais précipitée sur mon clavier pour vous le raconter, car mon objectif n'est pas d'exploser mon score de visites...
Dans la course à l'économie numérique, les journaux doivent se garder pour faire du trafic de tomber dans la pipolisation de l'information au détriment de l'investigation et de la qualité de l'information.

9 commentaires:

ThierryRégis a dit…

Le travail journalistique rimerait’ il encore avec pudeur et respect de la personne ? pas sur !!

Eve a dit…

Mon dieu, que les gens sont putassiers, comme si ça ne suffisait pas tout ce qu'on dit de cette affaire à la télé, ce tout et rien qui ne nous regarde surtout pas. Thierry, je ne me pose même pas la question, la plupart des journalistes sont sans pudeur

iboux a dit…

@thierry et @ eve : la simple phrase décrivant son mal être et des problèmes de couple auraient suffit, ne serait-ce que par égard pour ses proches...Le pseudo n'avait pas être révélé par BFM, enfin selon moi.

Eve a dit…

Je suis d'accord avec toi

Bernard a dit…

Que les enquêteurs aient accès à cette information me semble tout à fait normal pour leurs investigations, mais cela ne doit pas sortir de ce cadre. Mais il vrai qu'une grande partie de la presse écrite ou télé est dans la course au tirage ou à l'audimat, ce qui engendre le voyeurisme racoleur, qui malheureusement fait vendre...
Cette affaire prouve aussi que l'anonymat sur Internet trouve largement ses limites : si un journaliste peut avoir accès à la véritable identité qui se cache derrière un pseudo, le fantasme de Big Brother ne relève plus de la théorie du complot mais devient bien une réalité.
J'avais découvert l'internet virtuel il y a plusieurs années. Ce site est une fabuleuse source de renseignements dans tous les domaines, y compris pour des téléchargements gratuits. Il est en effet à recommander à tous les internautes.

Etincelle a dit…

Je trouve aussi que son pseudo n'aurait jamais du être dévoilé, c'est du non respect de la vie privée et c'est intrusif.
Je trouve que dans cette affaire les journalistes donnent beaucoup trop de détails, ça doit vraiment être très douloureux pour les proches de cette famille.

Romain / Variae a dit…

C'est la société wikileaks :-)

Dominique Darcy a dit…

Je crois que l'on ne peut pas comparer un blogueur et un journaliste, Le blogueur il s'est fait par hasard, par l'envie d'écrire sans doute, mais m'étonnerait que bcp de blogueurs se sont dit, tiens quand je serai grand je serai blogueur. Mais attention, il y a des blogueurs qui pourraient être journaliste.

LEBOABLEU a dit…

Pour moi la différence c'est surtout le salaire, vois-tu! Parce que si on parle de niveau d'information, niveau de langue ou niveau de réflexion, ce n'est pas ce que je vois à la télé, ce que j'entends à la radio ou ce que je peux lire qui pourrait m'inciter à élever les journalistes au-dessus des blogueurs. Et puis de nos jours, tous les journaleux bloguent, non?