04/04/2011

le crime c'est salissant

Je suis une adepte des séries policières comme Bones, NCIS, Dexter, et je me suis souvent demandée mais comment font les personnes qui récupèrent leur appartement où a eu lieu un crime violent ou tout du moins une mort...salissante. Je me pose de drôle de questions ?! Et bien pas tant que ça figurez-vous ! Je viens de lire un article ici, qui nous explique que deux femmes ont créé leur entreprise de nettoyage spécialisée dans les scènes de crime !
On imagine le soulagement des familles confrontées à des drames sanguinolents qui ne parvenaient pas à trouver une bonne âme pour nettoyer les lieux !
Ce métier nouveau en France, existait déjà aux États Unis, les "cleaners" interviennent sur des scènes de crimes à la demande des autorités pour effacer toutes traces des faits violents qui se sont déroulés.
Ces deux femmes ont étudié à fond le sujet des morts violentes, et je suppose celui des résidus humains en tous genres qu'on a pas forcément envie de nettoyer avec sa petite éponge spontex, hein...

Cette nouvelle entreprise se nomme Manes, ium, « les esprits des morts », un joli nom pour un service aux familles plus qu'utile, dont on espère ne jamais avoir besoin...cependant quand on lit les faits divers en France, on peut prédire un beau succès à cette nouvelle activité.

Il fallait y penser...moi je n'aime pas assez le ménage pour me lancer dans cette nouvelle carrière, pour les maniaques du chiffon et les folles du balais à franges, pourquoi pas ?!

crédit photo

5 commentaires:

Bernard a dit…

Partir d'une crèche associative, en passant par le service aux personnes pour finir par effacer des scènes de crimes, ce n'est pas banal en effet...

Eve a dit…

Pas bêtes les filles ...

mike hammer papatam andropov a dit…

Mais dis donc, ça nous augure (non, pas des lendemains qui chantent) mais des nettoyages de printemps particulièrement fasciste, non, pris comme ça ?
(Pernaud va pas tarder à te fourrer ça au fin fond de la bourgogne, dans une fabrique de santons en série où il s'égayera de bonheur à l'idée d'un folichon nouveau métier)

iboux a dit…

@bernard : oui parcours original :-)
@eve : en effet, l'idée est pas si bête !
@mike : hein ? des santons, en bourgogne ?

Anonyme a dit…

En tout cas, ce qui est certain, c'est que si on ne réduit pas la natalité, on va droit à la catastrophe. Sur le fond la décision de ces femmes leur appartient et je ne veux pas la juger, mais écologiquement il est certain qu'elles sont dans le vrai.