28/11/2010

Il ne peut y en avoir qu'un...

J'ai fait un petit tour chez El camino qui partage avec nous un LOL à propos de Ségolène, j'étais MDR voire même PTDR comme lui. C'est un peu flippant en effet de voir que la bataille en ce moment a lieu plus sur l'acteur qui va tenir le rôle principal que sur le texte qu'il va devoir réciter...

Ça me fait penser à ce film "Hightlander " avec le charmant christophe Lambert, une histoire d'immortels qui s'entretuent pour la victoire ultime " il ne peut en rester qu'un ! "
Imaginons un ring avec pèle-mèle Aubry, DSK, Hollande, Royal, Montebourg, Valls, Hamon...et je suis certaine d'en oublier !
Donc d'un côté Hollande et Royal qui règlent leur passif conjugal, et soyons certain qu'une rivalité entre ex-conjoints peut alimenter une joute pendant des années et ne laisser derrière elle qu'un champ de ruines. Les français ont-ils envie d'être comme ces enfants dont un couple se dispute la garde sans se poser une minute la question de ce qui est le mieux pour eux ?

Les Ptits jeunes Valls,Montebourg et Hamon vont se prendre à coup de pelle dans leur bac à sable où ils commencent à être à l'étroit, ils ont grandi sans qu'on s'en aperçoive...Mais peu importe celui qui sortira vainqueur d'entre les trois, comme ces jeunes qui viennent d'avoir leur permis, on hésitera toujours à leur confier les clefs de la voiture familiale.

Et enfin, les deux poids lourds Aubry et DSK, deux rusés qui connaissent les ficelles du métier, pendant que les autres s'écharpent dans chaque coin du ring, eux s'observent, se tournent autour, réfléchissant à la meilleure prise pour mettre l'autre à terre.

Étant donné que depuis que DSK est au FMI, on a pas franchement l'impression que le monde aille mieux, est-il vraiment utile qu'il vienne faire ses griffes sur la terre gauloise ? Les socialistes ont vécu sans lui depuis un moment, son retour ne fait qu'attiser les appétits des uns et des autres, là où l'unité serait conseillée.

Je suis d'avis que ce soit une femme qui gagne ce combat, cela fait un moment qu'Aubry se traine une équipe de gamins capricieux, en tant que secrétaire générale, il est temps qu'elle tape du poing sur la table, qu'elle leur rappelle l'enjeu, il ne peut il n'y en avoir qu'un, et si nous ignorons qui il doit être, nous savons qu'il ne doit pas être le tenant du titre actuel !

4 commentaires:

El Camino a dit…

Bravo!
Il est tant que cela bouge!

isabelle B. a dit…

oui c'est clair qu'on en a raz le bol !

Le coucou a dit…

Hum, la dernière fois, j'ai voté Royal, et je ne le regrette pas du tout. Tant qu'un candidat ne parle pas de démocratie participative, je suis sourd, aveugle, et manchot : comment saisir un bulletin de vote dans ces conditions ?

Bernard a dit…

Moi, c'est quand j'entends parler de démocratie participative, que je commence à être méfiant...car d'après mes références scolaires (qui commencent à dater, je le reconnais), le mot démocratie se suffit à lui même (démos : peuple - cratos : pouvoir), donc le gouvernement par le peuple, donc obligatoirement participatif ...Il est vrai qu'on en est loin actuellement (démocratie, que de crimes commet-on en ton nom!), mais il n'empêche : si un ou une "politique" se sent obligé(e) de préciser qu'il ou elle propose une démocratie "participative", il est temps qu'il ou elle s'inscrive de toute urgence à un cours intensif de rattrapage d'instruction civique !