24/06/2011

les salariés de l'INSEE se rebiffent !

Le Télégramme ce matin nous explique que "
Dans une déclaration au Comité technique paritaire (CTP) de l'Insee, mardi, CGT, CFDT, FO, CGC et Sud ont appelé la direction "à prendre position publiquement" après que Claude Guéant eut dit s'appuyer sur une étude de l'Insee pour affirmer que "les deux-tiers des échecs scolaires, c'était l'échec d'enfants d'immigrés", puis que les  " deux-tiers des enfants d'immigrés sortaient de l'appareil scolaire sans diplôme  ".

Je trouve cette démarche importante, rétablir la vérité, empêcher que le mensonge se répande pour venir étayer des théories qui excluent certains de nos concitoyens, ceci est vital pour notre démocratie.

"  l'intersyndicale a souligné qu'il "s'agissait d'une interprétation fausse du résultat suivant : parmi les élèves entrés en sixième en 1995, 6,1 % des enfants de familles non immigrées sont sortis de l'enseignement secondaire sans qualification, contre 10,7 % des enfants de familles immigrées  ".

Les propos inadmissibles de Mr Guéant avaient suscités un tollé général, ce qui loin de l'intimider l'a incité à en rajouter une couche.

On tente encore une fois d'utiliser un écran de fumée pour masquer les échecs du gouvernement quant à l'éducation nationale.

La vérité c'est que la suppression de postes en 2011, comme en 2012, continue !
Le "gel" des fermetures de classes en primaire, annoncé par le chef de l’État mardi 21 juin, n'est pas un "gel" des coupes budgétaires. ( je vous suggère la lecture de ce lien vers un article du monde pour comprendre mieux la situation )
Ces suppressions de postes vont accentuer les problèmes déjà lourds dans l'éducation nationale. Les classes surchargées, le manque de psychologues scolaires, la disparition programmée du RASED (réseau d'aide personnalisée aux enfants en difficultés scolaires,  pourtant efficace comme je l'ai constaté personnellement ) voilà le mal qui ronge l'école de nos enfants.

Je rappelle à tout hasard que la France est dernière, oui, DERNIÈRE de l'OCDE dans l'encadrement des élèves !
Notre pays est celui qui possède le plus faible nombre de professeurs par élève parmi les 34 membres de cette organisation.

Le 10 février 2011, lors d'une émission sur TF1, Nicolas Sarkozy avait déclaré qu'il était temps "d'arrêter de se focaliser sur le quantitatif et de se mettre sur le qualitatif ".
Comment ose-t-il tenir de tels propos tout en supprimant justement des moyens humains comme des postes de RASED, qui sont des réponses adaptées à des problèmes spécifiques rencontrés par certains élèves ?

Le président, comme la droite qui s'offusque des primaires socialistes ( pourtant agrées  par la CNIL ) semblent s'affoler face à l'inéluctable qui se pointe à l'horizon...la machine à gagner est en marche, et rien ne pourra plus l'arrêter.

2 commentaires:

Romain / Variae a dit…

Ce n'est pas la première fois que l'INSEE se rebiffe. Les salariés avaient déjà protesté contre le trucage des chiffres du chômage avant la présidentielle, en 2006.

cybernet a dit…

J'ai pu remarquer personnellement le "désintérêt" de certains professeurs de collèges qui, face à des jeunes de plus en plus violents verbalement et dans leurs attitudes, (et la cause en est certainement l'abandon parental quel qu'en soit la raison) se contentent de "faire leur journée" et basta !
Certains diront que c'est l'époque ou la génération actuelle qui veut ça.
Soit,mais il n'en demeure pas moins que ce n'est pas en diminuant les effectifs de l'éducation nationale que le chef de l'état réglera le problème de la délinquance à l'école, de l'échec scolaire et du raz le bol des professeurs qui de fait seront en effectif réduit pour gérer tout cela.
Nul doute que leur colère se fera ressentir prochainement...