28/09/2010

la fabrique à "bons français "


Un nouveau genre d'activité semble se développer dans notre beau pays, l'usine à " bons français ", à ne pas confondre avec l'usine à " mauvais français " qui n'est pas rentable d'un point de vue électoral.

La fabrique à " bons français " permet de récolter tout plein d'électeurs sans se casser le popotin, vous prenez une idée facile, une solution simpliste à des problèmes complexes, vous saupoudrez de graine de bons français et ça pousse tout seul, il faut quand même au préalable un bon terreau, enrichi avec du fumier bien gras, ou bien la graine végète et ça ne donne pas grand chose.

J'ai tenté de me documenter, comment différencier le mauvais grain du bon ? C'est quoi un "bon français " ?
Le bon français doit-il être un mangeur de saucisson ? Un buveur de pinard ? Un Chanteur émérite de la Marseillaise ? Doit-il avoir des draps bleu-blanc-rouge ?

Ah....je crois avoir trouvé ! Un bon français c'est un mec Honnête, qui fraude pas le fisc et planque pas ses économies dans des paradis fiscaux...
Un mec qui respecte les lois de la république : " liberté, égalité, fraternité " pas un type qui ment comme il respire, qui profite du système, ou pire qui donne des passe droits à tous ses petits copains !
...Ah...Et pis un bon français, il parle français, il dit pas des trucs genre " cass'toi pov'con ", il connait l'histoire de france sur les bout des doigts, sauf les petits passages un peu nébuleux comme la guerre d'Algérie, l'esclavagisme, Vichy, non ces passages, on s'en fout il faut se souvenir que des bons moments, comme la victoire de la France au mondial de 1998, ça c'est historique, c'est la grandeur de la France !
De plus, le bon français ne renie pas sa culture française, au dessus de la cheminée, il a un beau poster de notre chanteur national Johnny.

Je suis ravie d'avoir pu vous éclairer sur ce nouveau concept de " bon français " qui j'en suis certaine va faire un tabac au moment de passer aux urnes...Ne vous trompez pas de bulletin, il y en a au moins deux qu'on pourrait confondre pas mégarde...

6 commentaires:

Le coucou a dit…

Mince, mais je crois que je suis un mauvais Français… On ne peut pas casser le miroir ,

JRL a dit…

je n'ai rien d'autre à dire:j'aime.

GdeC a dit…

je ne suis définitivement pas un bon français..

isabelle B. a dit…

@lecoucou faudrait plus de mauvais comme toi ;-)
@JRL tu m'en vois ravie...
@GdeC ce n'est pas grave :-)

captainhaka a dit…

Ton billet m'a inspiré. Enfin ...le saucisson aussi :)

tueursnet a dit…

Balle d’identité
Une déchéance sans échéance …
Qui a dit que la peur a changé de camp ?
C’est comme si les enfants d’immigrés voulaient à tout prix nous faire payer les pots cassés du passé décomposé.
L’un d’entre eux, Malek Boutih parle de contre-culture pour nous signifier que les petits caïds de banlieue n’accepteront jamais la moindre identification. Ils ne se sentent ni immigrés, ni intégrés, ni assimilés… Points de suspension !
En vérité, ils ne partagent avec nous, pas le moindre sentiment… c’est le ressentiment qui les caractérise ou les stigmatise.
Déni de culture. Non ! ce serait plutôt la culture du déni : déni de nos valeurs, de nos institutions et de notre mode de fonctionnement. A tort ou à raison
C’est toujours non… même pour dire oui.
Est-ce un délit ? Est-ce un crime ?
De voir des jeunes gens brûler ce qu’ils sont censés adorer ? Et de haïr le sol sur lequel ils sont nés ? Nous y sommes peut-être pour quelque chose ? Un peu… beaucoup… malheureusement.
Et s’ils ne sont pas contents d’être français, c’est peut-être parce que nous n’avons pas encore trouvé les mots pour leur parler.
Le seul qu’il faudrait commencer par éliminer : c’est l’identité. Sinon nous ne leur ferons jamais avaler le miel ou le fiel de la citoyenneté.

http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Balle%20de%20Identite