05/10/2012

je n'ai pas changé...

55 % des français sont contents de ne plus avoir Nicolas à la tête du pays, dont raffarin qui a dit sur BFM ( il me semble ) qu'il ne fallait pas nager ( ou se noyer ? ) deux fois dans le même fleuve, et il a raison :
les fleuves sont pollués, c'est un coup à attraper une sale maladie, une intoxication, une diarrhée , allez savoir !
bref je m'égare, donc les gens sont contents, et, pas contents en même temps puisque la côte de popularité de Hollande a chuté.

J'ai lu sur un blog qui me linke avec une pointe de mécontentement parce que j'ai osé commettre un billet sous forme de coup de gueule ( j'ai mes hormones qui me travaillent c'est pas de ma faute, hein...) que tout de même, il serait temps de réaliser que mince, ce serait pire non si sarko était encore là...bon, certes l'argumentation politique est bien faible mais je tenais par politesse à répondre à cette fine analyse.
Oui, ce serait pire, dix ans de droite nous l'ont montré...
mais ce type de phrase " si sarko était là ce serait pire " c'est un peu comme quand vous avez un cancer et qu'on vous rétorque " oui mais quand même ça pourrait être pire, tu pourrai être mort ! imagine un peu..." euh non merci, ça va.

Oui, on peut être de gauche, sans étiquette, et être ravie du départ de nicolas et ne pas souhaiter son retour comme raffarin, et ne pas devenir du même coup raffarinette en chef.
On peut souligner les errements, s'interroger sur les expulsions de roms, critiquer le traité européen, réclamer le non cumul des mandats, la séparation des différentes activités bancaires, souhaiter l'imposition de certains gros pigeons, et pas celle d'oisillon tombés du nid...
On peut tendre vers un idéal, attendre un changement profond de la société dans laquelle on vit et on élève ses gamins, sans virer de bord, en restant fidèle à ses convictions sans tout applaudir parce que cela aurait pu être pire.
Moi, je n'ai pas changé, je réclame juste ce pour quoi j'ai voté, et j'ose espérer que ceux qui nous ont promis le changement, eux, n'ont pas changé...






3 commentaires:

kalondour a dit…

Bien entendu, je suis d'accord à 100%
La politique du "moins pire" conduit petit à petit à des renoncements successifs qui amènent des personnes qui pensent en toute honnêteté agir dans le sens du progrès social, mais qui n'osent plus revendiquer sur les besoins vitaux des individus...

Yann.S a dit…

Ca au moins, c'est fait !

iboux a dit…

@kalondour : tout à fait !
@yann : et ce qui est fait n'est plus à faire :-)