04/08/2011

mourir au soleil

Mes potes varois m'ont dit " oui mais chez vous en Bretagne, y'a pas de soleil, pas de cigales, les plages sont envahies d'algues vertes, et même de sangliers crevés ! " ouais alors là, je m'insurge !
Arrivée sur leur territoire, certes j'ai vu le soleil ok, j'ai entendu des cigales bon d'accord, j'ai pas vu d'algues vertes, ni même de sangliers, je veux bien, mais mon premier bain chez eux ah ben pardon, je m'en souviendrai :

Installée avec gamins et blogueur sur  ma petite serviette, bien sage, je regarde sur le côté l'agitation d'estivans, des "estrangers" qui s'affairent à fabriquer une palissade avec leurs draps de bain, tiens donc me dis-je, qu'est-ce donc que cette coutume locale ?
S'en suit une arrivée massive, de pompiers, samu puis policiers...Je vois de loin qu'au milieu de cet attroupement se trouve un mec allongé de tout son long. le manège dure au moins 1/2, si c'est pas 3/4 d'heure. adepte de la série "urgence " et "docteur house " j'ai compris que le mec est mort, de chez mort, plus mort tu peux pas : on voit ses pieds qui bougent plus, c'est un signe non ?
ayant fait mon diagnostique , hydrocution, causé par le soleil varois, je me dit que quand même le type aurait pu choisir un autre endroit pour tirer sa réverence, merde je suis en vacances moi !
de toute evidence les professionnels  sur place s'interrogent  sur la façon d'evacuer le plus "estivalement " possible le malotrus encombrant.

les policiers amenent une civière, un sac en plastique, blanc, noir ce serait tristounet, le touriste paie pour bronzer dans la bonne humeur, pas pour voir des sacs mortuaires noirs au milieu des chateaux de sable et des nanas aux gros seins...
mais contre toute attente, alors que ma fille est revenue sur le sable, au moment inopportun, ils ne mettent pas le type dans son sac, pas discret ont-ils pensé, et qu'ont-ils fait je vous le donne en mille ?! non, ils n'ont pas été chercher un seau et des pelles pour le camoufler le temps que la plage se vide ( vous avez des idées des fois...)
ils ont mis le mec sur la civière  et pas dans le sac afin de faire croire qu'il était encore en vie, ben oui, les vacanciers sont bigleux, ils savent pas distinguer un "joyeux campeur " maladou et un cadavre...
sous mon nez, le pauvre aoutien est reparti raide comme passe lacet, les yeux révulsés, son sourire tordu crispé sur le tuyau censé l'oxygéner...sauf que personne n'appuyait sur la pompe.
Ma fille, 7 ans qui refuse bien sur de détourner les yeux au moment adéquate tombe sur ce spectacle surréaliste, je lui dit décontractée " ne t'inquiète pas ma chérie, le monsieur est très malade..." " oh...ben heureusement, imagine s'il était mort ! " oui, j'imagine...

Ainsi donc, dans le var il n'y a pas de sangliers morts, je confirme, y'a des mecs morts, sur MA plage, on se foutrait pas un peu de ma gueule là ? les potes varois ? hein ?!
voilà le bilan d'une première journée, heureusement que le séjour va être bref, je n'ose même pas imaginer les surprises que me réserve la fin de cette aventure varoise...

3 commentaires:

David Burlot a dit…

On ne te demande pas une petite photo d'ambiance.
Quand au sudiste, qu'il reste chez lui, on est déjà trop nombreux sur nos belles plages (un peu vertes par endroit quand même)

solveig a dit…

Quel manque de savoir-vivre !

cybernet a dit…

Mince, c'est à vous dégoûter des plages varoises ça.
Bon ben sur ce, profite bien du soleil varois et bonne fin de vacances quand même ;-)