29/12/2013

abécédaires et bilans de fin d'année

Alors que nous allons laisser l'année 2013 derrière nous, certains de mes collègues blogueurs ont récapitulé certains évènements importants :
Sarkofrance a écrit un abécédaire impressionnant reprenant l'action du gouvernement qui mérite lecture, un bon résumé qui sera utile pour les prochaines échéances, et donc nos prochains billets de 2014...

Cyril Marcant a lui aussi créé un abécédaire sur son blog, qui reprend les sujets marquants même internationaux de 2013, le tout en deux parties ( quel boulot ! ) première partie et seconde partie.

Elooooody fait son bilan ciblant les droits de la femme et les quelques progrès acquis, au vu du déclin de ces dits droits en Espagne, cela méritait tout de même un beau billet !

Notons aussi l'annonce de Yann Savidan et de sa nouvelle ligne éditoriale sur son blog pour 2014, l'observation des élections municipales dans les Côtes d'Armor, il nous reviendra donc en blogueur politique, et ce n'est pas trop tôt :-)

 Bonne lecture à tous !


13/12/2013

un billet et des liens pour Nicolas

Ce billet est adressé à Nicolas et le concerne, je le cite donc et je le linke amicalement...

Ceux qui me connaissent dans la vie réelle savent que j'ai la tête prés du bonnet ( qui n'est pas rouge), je fais partie des calmes explosifs, des éruptifs, ce qui est fatiguant pour moi et pour les autres plus probablement. Certains plus romantiques diraient que je suis passionnée, d'autres plus réalistes que je suis intransigeante. Certes je ne suis pas parfaite, ni comme être humain, ni comme blogueuse. Ayant conscience de cet état de fait, j'ai toujours tenté ici de canaliser mes emportements, avec plus ou moins de réussite ;-) et d'éviter de traiter de noms d'oiseaux des personnes qui m'auraient " irritée "

De plus,  lorsque dans un billet, je ne cite personne nommément et que j'utilise dans une contre argumentation générale des idées issues de mes lectures de blogs, de commentaires sous des articles de presse, dans twitter, ou dans la vie réelle, et que des personnes comme Nicolas se sentent visées, voire attaquées, je ne me sens ni responsable, ni coupable mais peinée.
Je suis responsable de ce que j'écris, non de ce que les lecteurs pensent avoir compris en me lisant.
De même, lorsque je fais du second degré et que des lecteurs y voient du premier degré, je n'y peux rien.
Quand je ne cite personne, c'est que personne n'est visé spécifiquement.
Je pense après avoir essuyé un commentaire aimable du blogueur Jegoun qui résume mon billet sur l'article 20 de la loi de programmation militaire à " un ramassis de conneries " être restée polie, de même lorsqu'il m'a affirmé que je parlais de lui de bout en bout dans cet article alors que je lui dis moi que ce n'est pas le cas, là encore je suis restée aussi polie que je peux l'être :-)
Nicolas furieux pour je ne sais quelle raison a donc décidé via un billet de me rayer de sa blogroll, c'est son choix.
Laissons le temps au temps, je décidé de ne  plus suivre temporairement nicolas sur twitter, ni dans ma blogroll,  afin que mon caractère éruptif se calme, pour éviter que de malheureuses paroles de ma part ou de la sienne viennent ternir une complicité de blogueur tissée au fil des ans au temps où nos avis divergents sur la politique n'étaient pas un drame.
La rancune ne fait pas partie heureusement de la longue liste de mes défauts, j'espère qu'il en est de même pour Nicolas, l'avenir nous le dira...

12/12/2013

mon avis sur l'Art.20 de la loi de programmation militaire

Je reviens sur l'article 13 de la Loi de programmation Militaire, qui est devenu article 20, et qui instaure une surveillance non seulement de l'activité des internautes ( mails, surf web, etc...) mais aussi des échanges téléphoniques ( sms, mms, etc ) HORS du contrôle d'un juge. Bref, un PRISM à la française sous couvert de protéger les gentils moutons citoyens français des vilains terroristes, et des terrifiants pédophiles..
Vous n'aimez pas les pédophiles ? moi non plus.
Vous n'aimez pas les terroristes ? moi non plus.
Vous ne voulez pas que l'Internet soit une zone de non droit  ? moi non plus.

Or en instituant un contrôle du Web sans que l'autorité judiciaire soit saisie, on instaure sur Internet une zone de non droit dans l'espace juridique français, une zone où l'arbitraire va régner : le pouvoir executif, et le pouvoir politique pourront surveiller, n'importe quel citoyen selon leur bon vouloir, sur simple accord du 1er ministre.

Jusqu'à présent, lorsqu'un acte delictueux ou criminel était commis sur Internet, ou via un téléphone portable ( exemple du harcelement téléphonique ) le citoyen ou toute personne morale pouvait porter plainte et saisir la justice afin de faire cesser le trouble, et de demander la sanction de l'acte violant telle ou telle loi ( diffamation, injure raciale, images pédo-pornographique, incitation au terrorisme etc...)

Bref, on remarque que l'Internet est bien loin de la zone de non droit que l'on veut nous faire croire, et que le problème se situe à un autre niveau, d'une part le faible nombre de plaintes, d'autre part le manque de moyen en personnel et en budget de la police et de la justice pour nettoyer le web public (!) alors que les outils législatifs existent d'ors et déjà...
Puisqu'il est déjà possible pour la justice de réclamer aux fournisseurs de téléphonie et d'internet les informations de leurs clients, leurs contenus ( surf web, mail, sms, liste des appels téléphoniques etc )  pourquoi diable créer un système qui sera entre les mains de personnes NON indépendantes, liée au pouvoir politique en place, afin de surveiller ce qui peut l'être déjà mais sans ce contrôle judiciaire ?

Certains avancent des arguments pour défendre la position du pouvoir actuel, je vais tenter d'y répondre...

Cette décision n'est pas dangereuse pour notre démocratie, disent certains...
Ah bon ? il suffit pourtant de regarder des exemples ailleurs : Ce type de système existe non seulement aux Etats unis ( grande démocratie fut un temps... où le patriot act permet de fliquer et d'emprisonner n'importe qui sans l'avis du juge) mais plus éclairant, existe aussi en chine, où 2 millions de personnes sont employées à surveiller l'ensemble de la population... ne parlons pas des autres dictatures officiellement reconnues par les faux-culs qui nous gouvernent.
Excusez-moi d'être choquée que notre pouvoir de gauche, dans le pays des droits de l'homme et des libertés, instaure les mêmes systèmes de surveillances que dans des pays tels que la chine, hein ?!

Argument avancé par les défenseurs de cette admirable invention démocratique du contrôle pour TOUS :
les gens racontent leur vie privée sur le net ( via facebook, twitter etc...) alors de quoi ils se plaignent ?
 certes, mais ceci est leur choix de divulguer publiquement leur vie privée, cela n'a rien de commun avec l'idée qu'un sombre rond de cuir au fin fond de son bureau pourra lire leurs mails privés ( dont des mails professionnels ), regarder où leur surf sur internet les aura mené ( vous allez trop sur les sites de culs les gens ) lire les sms envoyés à leurs proches et amis... On ne peut que se questionner sur les conséquences de l'usage de tels outils de surveillance sans contrôle du pouvoir judiciaire sur des personnes ayant un certain pouvoir, une certaine influence publique : pression, chantage, manipulation ?

L'internet n'est pas un droit disent d'autres...
  L'internet est un moyen technique qui permet des échanges privés, des transfert de données privées. La protection de sa vie privée est un droit qui s'exerce aussi via la téléphonie et la technologie Internet.. La correspondance via les mails, chats directs sur facebook, les SMS font partie de la sphère privée par opposition à la sphère publique ( messages sur des forums publics, murs facebook publics, tweets sur twitter, billets de blogs...)

Autre argument  :
oh ben c'est sûr si les gauchistes qui râlent, on leur disait que cela va permettre de fliquer les gros fraudeurs au fisc, là ils seraient d'accord. 
C'est vrai qu'on ne peut pas reprocher aux socialistes en place de ne pas prendre soin de protéger la vie " privée " de leur ministre du budget fraudeur au point de mettre plusieurs mois pour se rendre compte qu'il n'est pas tout blanc...enfin passons !
Le gauchiste sans doute se satisferait amplement que l'on contrôle sous l'autorité d'un juge toute personne suspectée de fraude, même lorsque cette personne fait partie du sérail politique.

Encore un autre :
Pfft de toute façon ceux qui râlent ce sont des entrepreneurs du web qui se font plein de fric
 ( oui comme d'hab', si tu râles tu es au choix gauchiste, de droite, pire d’extrême droite, et sans doute plein aux as, vision globale et très éclairée du partisan de l'art 20 LPM)
Ces entrepreneurs sont peut-être des ex-pigeons, personnes habituellement soutenus par le pouvoir, qui souhaitent que leurs créations internet, leurs secrets d'entreprise restent à l'abri des indiscrets et de la concurrence... qui doivent la confidentialité à leurs clients, et qui vont devoir archiver des données pour les services de surveillances ( institués par l'art.20) ce qui présente un coût financier et du temps.

Dernier pour la route :
 " de toute façon les gens sont déjà espionnés par google et les américains " 
je me demande si on doit se satisfaire de cet état de chose, notre Etat ne devrait-il pas se battre pour défendre nos droits face à une puissance étrangère quelle qu'elle soit ? Est-ce que nous sommes censés avoir moins mal au cul de se faire empapaouter par nos propres gouvernants puisque d'autres sont passés avant ?!

Dans tous les cas, l'espionnage arbitraire, organisé par le pouvoir,  même celui que l'on a élu démocratiquement n'est pas acceptable !

Au passage, Je vous conseille la lecture de ce billet d'un professionnel au sujet de cette loi et de la géolocalisation...

Je suis pour la surveillance du net sous contrôle du juge, dans des cadres définis par la loi, donner un tel pouvoir à l'administration et au pouvoir exécutif revient à détruire l'équilibre des pouvoirs, déjà fragile dans notre pays, comme nous l'a montré le quinquennat précédent...
Je suis navrée d'observer que le gouvernement Hollande comme nos élus, reprennent l'idée avancée par Sarkozy pendant sa campagne suite à l'affaire Merah, et d'entendre Fleur Pellerin parler de " contrôle démocratique des services de renseignements " alors que la surveillance instaurée n'est qu'une copie du système présent dans de nombreuses dictatures mondiales... il n'y a plus de démocratie lorsque l'équilibre des pouvoirs est rompu.
et encore plus navrée de voir ceux qu'hier qui s'en indignaient, soutenir à présent la même idée.



10/12/2013

la dictature du net #LPM




Il existe des dictatures où chaque citoyen est épié, jusque dans sa boite à courrier, ses mails filtrés, ses connexions pistées, afin de repérer qui aurait la mauvaise idée de se révolter, de s'organiser pour tenter de se libérer.
Nous avons vu, il y a encore peu de temps les révolutions arabes utiliser le pouvoir d'Internet, des réseaux sociaux pour s'organiser, pour fédérer les bonnes volontés .

En France, si la loi de programmation militaire est votée en l’état au Sénat ce mardi après-midi, Les services de renseignement français, intérieur et extérieur, mais aussi les ministères de l’économie et du budget pourront bientôt espionner sur Internet, n’importe qui, sans devoir en référer à un juge !


" Que dit l’article 13 ?
Le texte explique que «peut être autorisé le recueil, auprès des opérateurs de communications électroniques […] des informations ou documents traités ou conservés par leurs réseaux ou services de communications électroniques, y compris les données techniques relatives». Numéros d’abonnement, les connexions, les numéros appelés et entrants, etc. Là où cela devient intéressant, ce sont les personnes qui pourront y avoir accès: «Les agents individuellement désignés et dûment habilités des services relevant des ministres chargés de la sécurité intérieure, de la défense, de l’économie et du budget».
Et ces «agents», indéfinis pour le moment, devront faire une demande écrite à «une personnalité qualifiée placée auprès du Premier ministre» "

Certains se gaussent en répliquant que de toute façon les états-unis, ou les groupes tels que google nous espionnent déjà...
Est-ce là la réponse du pays des droits de l'homme ? Leur emboiter le pas ?!
Peut-on en tant que citoyen français, même si on a rien à cacher, même si on n'est pas un dangereux criminel, se satisfaire du fait que n'importe quel péquin sur autorisation du premier ministre aura le droit de venir mettre son nez dans nos vies privées ?
Les juges seraient-ils devenus inutiles dans notre pays ? ne devraient-ils pas être ceux qui autoriseraient de telles procédures ? Nous assistons à la disparition du pouvoir judiciaire au profit d'un exécutif tout puissant et policier.
L'espionnage de certains membres de partis politiques, de syndicats, d'entreprise, deviendra-t-il demain le fait du prince ?
Leur excuse ? le terrorisme.
Leur prétexte ? Votre soi-disant sécurité !
Je n'ose à peine imaginer le tollé général auquel nous aurions eu droit si l'ex-président, ou Hortefeux, ou Géant, avaient ne serait-ce qu'émis une telle hypothèse !

Demain, pour votre sécurité, à quelle autre liberté va-t-on vous demander de renoncer ? Quelle sera la goutte d'eau qui fera déborder le vase, voilà la question que je me pose tandis que nos représentants violent un de nos droits essentiels avec une décontraction hallucinante !

Mandela

Des hommes résistent partout dans le monde, à l'oppression, à la misère, survivre jour après jour, mourir dans l'anonymat et l'indifférence.
D'autres consument leur existence dans cette lutte difficile pour la liberté, pour la justice et l'égalité, et voient le sacrifice de toute une vie couronnée de succès pour des millions d'autres.
Ils sont si rares ceux-là, ceux dont la lutte a changé le monde à jamais, qu'il ne faut même pas une main entière pour les compter. 
Même si certaines voix râlent en disant que la situation en Afrique du Sud est loin d'être idyllique, une chose est sûre pour moi, Mandela aura rendu le monde meilleur, juste un peu plus humain, tout cela en l'espace d'une vie d'homme, c'est déjà pas si mal...